Tei Huagie : l’art de faire et de refaire

24/05/2010 - Pays : Ghana - Imprimer ce message

Entretien réalisé avec l’artiste plasticien Tei HUAGIE, quartier Labone à Accra

Le Ghana se démarque de ses pays voisins par beaucoup de choses  et notamment  par son engagement pour la propreté. Ici  l’état affiche  partout son ambition grâce à des panonceaux récurrents  « Keep Ghana clean » (Gardons le Ghana propre) qui invitent la population à sauvegarder son environnement. Cependant si le pays peut se targuer de résultats visibles, il reste encore beaucoup à faire et certains comme l’artiste plasticien Tei Huagie ont décidé d’apporter leur propre pierre à l’édifice en abordant les réponses environnementales d’un point de vue artistique mais aussi sociétal.

En effet, depuis 2005 cet artiste peintre et sculpteur a décidé d’utiliser les objets les plus fréquemment jetés par les autres comme base et fondement de son travail plastique. Ainsi, au fil des mois il est devenu un designer du rejeté,  et le créateur d’un univers de la seconde chance dans lequel il redonne une fonction et un rôle à tout ce qu’on pensait inutile. Ainsi, des semelles de claquettes estivales deviennent une chemise dernier cri,  des sachets d’eau en plastique se transforment en tee-shirt et en sac, et les bouteilles de plastiques en boites à trésors. Pour lui utiliser les objets rejetés par les autres n’est pas seulement un acte artistique mais aussi et surtout un engagement  politique. Car Les déchets, comme les gens laissés en marge et  qu’on pense invisibles et inutiles s’accumulent et abiment la société, non pas pour ce qu’ils sont  mais parce qu’en les rejetant on participe soi même à la déliquescence de sa société. Pour Tei l’art du recyclage témoigne que chacun peut retrouver une place et devenir important. Il se bat d’ailleurs pour enseigner sa pratique aux plus jeunes et leur donner une possibilité d’avenir. Pour lui, l’art du recyclage doit se développer et il souhaiterait que ces objets puissent être vendus dans un magasin dédié à cela. Il envisage le combat pour la propreté comme un pan entier de l’économie à venir qui est en train de se développer doucement au Ghana. En effet, pour l’instant si le public aime bien cette mouvance artistique, les gens ont encore du mal à la percevoir comme telle, même si concernant Tei, la Bank Office de Washington collectionne déjà certaines de ces œuvres.  Mais s’il  est un artiste remarqué et remarquable dont l’œuvre aussi éclectique que personnelle ne peut pas passer inaperçue, Tei Huagie pense à la démocratisation de sa pratique, car plus qu’une manière de faire, elle est une manière de voir le monde autrement et de le reconstruire à partir de ce qui participe à sa  destruction.  Ainsi en  tissant  l’espoir, Tei Huagie s’adresse à tout le monde et pense le développement de son art à l’échelle du collectif.

Fodé et Zoé 

Translation in English

 

Ghana is quite different from its borders countries especially in the way it deals with the environmental questions. Here the State explains everywhere its will towards cleanliness thanks to some ads asking “keep Ghana Clean” in order people to take care of their environment.  However if there are some good results many things still must to be done and some people as the artist Tei Huagie decided to take part in this fight. He brings some solutions with an artistic but also societal point of view

Actually, since 2005, this painter and sculptor has decided to use the objects the others used to thrown away. He became a designer of the whist, and created a universe on the new lease on in which he gave a new function to these things everybody used to find useless. Thus he transforms old slippers to fashionable shirts and water bags  to bags or T. Shirt, and plastic bottle to treasure bottles. To him, this process is not only an artistical one but also a political engagement. The wrecks  like people on the margins of society rise and destroy the society not because of what they are but because we wanted to let them away and try to make them invisible. This lead to a destruction of the society and we are all responsible of it. To Tei’s mind recycling art show that everyone can find a place again and become someone important. He also fights for teaching his practical to the youth in order to give them a future.  To him, the recycling art had to be developed in his country and he wanted to sell his works in a shop dedicated to it.  He is seeing the struggle for cleanliness like a part of the incoming economy. In Ghana the way is long but people begin to understand what can be this kind of art even if for the moment the public likes it without recognize it, he nows that this will happen. The Bank Office of Washington already collects some of his works. But if he is becoming a famous artists in Ghana, with a work  which cannot go unnoticed, Tei Huagie think to democratizes his practical because it’s more than a way of doing, it’s a way to see the world differently by rebuilding it from what has destroyed it. Thus weaving hope, Tei Huagie delivers a message to anyone and thinks the development of his art at the collective scale.

Fode and Zoe 

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :
Par Clo
le 25/05/2010 à 10:53:25
Enfin ! On y croyait plus... Allez au boulot, on en veut d'autres !!

Laisser un commentaire

Copyright © Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.